Désacralisation, risque de destruction d’églises

Désacralisation, risque de destruction d’églises

Le dépouillement du sondage est achevé. Nous remercions tous les adhérents qui ont pris la peine d’y répondre. La tendance est à la présentation d’un projet mixte et à la non désacralisation de l’église. Le faible pourcentage d’adhérents qui se sont prononcés en faveur de la désacralisation y voient l’avantage d’une ouverture et d’une diversification plus large des activités. Effectivement, si l’église reste sacralisée, les activités seront contrôlées par le diocèse et devront nécessairement rester compatibles avec le caractère sacré du lieu. Pour cette raison, nous avons choisi des activités « sûres » dans notre projet, telles que la musique classique et ou sacrée (l’acoustique de cette église est absolument remarquable), éventuellement le gospel, les cours/stages de chants, les expositions d’arts sacrés etc…. Ces pistes nous sont aussi apparues intéressantes car l’offre dans la région est très limitée.

Néanmoins, garder une partie cultuelle, même si elle est plus restreinte, offre une garantie sur le bâtiment. Dans le cas d’une désacralisation, aucune garantie ne peut être donnée sur le long terme. Nous avions posé la question à Mr Le Maire très clairement. Sa réponse avait été sans équivoque: il ne peut offrir aucune garantie hormis le fait que si l’église est un lieu de vie, il sera difficile de le détruire. Mais que fera la municipalité, celle-ci ou une autre, si le projet ne marche pas, si un jour l’église n’est plus perçue comme « un lieu de vie? » La municipalité alors en place en fera ce qu’elle veut. : projet immobilier, discothèque… tout devient possible.

Quelques adhérents, quelques personnes rencontrées, sont sceptiques: pour eux il est impossible de détruire une église. Pourtant, cela devient de plus en plus fréquent. Environ 310 églises sont en souffrance en France dont 14 à Paris. Le blog du pélerin en recense 205, dont celle de Thairy. Plus de 29 églises ont été démolies en France depuis l’an 2000 (hors églises vendues ou réaffectées à d’autres rôles), 9 sont annoncées en démolition sur l’année 2016. Une simple recherche sur google avec les mots « destruction église » suffisent à voir des exemples en photo ou en vidéo. De plus en plus d’églises sont à vendre. L’observatoire du patrimoine religieux a d’ailleurs rédigé un article sur ce sujet. Des agents immobiliers comme Patrick Besse se sont spécialisés dans la vente d’églises. Les municipalités et le clergé s’accordent souvent à dire que la transformation d’une église doit pouvoir lui conserver sa vocation de lieu de rassemblement, et être si possible respectueuse des intentions des bâtisseurs, même si l’endroit n’est plus sacré. Mais en fin de compte, l’acheteur, une fois l’affaire conclue est toujours libre d’aller au bout de son projet. L’association se montre très inquiète face à cette réalité, surtout depuis qu’elle a trouvé l’appel à projet lancé par la mairie dans un journal d’offres immobilières sur Suisse…(et autres sites internet)

Conclusion :

La désacralisation ferait bel et bien encourir un risque à l’église de Thairy. Sommes nous prêts à prendre le risque de la voir disparaître ? Quel patrimoine voulons-nous laisser à nos enfants et petits-enfants? Pour cette raison, et confortée par les résultats détaillés à venir du sondage, l’association souhaite conserver une petite partie cultuelle, avec quelques messes, des mariages et des sépultures qui correspondent à un réel besoin car les demandes dans ce sens sont nombreuses. Elle est également consciente que l’église doit rester profondément vivante. Pour cette raison le projet envisage des pistes culturelles. Ensuite, si ce projet aboutit, il nous appartiendra à nous, adhérents, riverains et passants de la faire vivre en participant aux événements organisés, qu’ils soient cultuels ou culturels.

Nous conclurons sur une remarque d’une adhérente trouvée dans le sondage à propos des craintes perçues au cas ou l’église serait vendue:  » Thairy ne serait plus Thairy, on lui enlèverait son âme, son passé ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *